Conte céleste de Goulebenéze

Publié le par joëlB

  
En hommage à Serge ANDRÉ qui aimait le patois,
   et qui nous a quitté bien trop tôt


LE RETARDATAIRE

CONTE  CELESTE  ET... CHARENTAIS

Qui va châ p'tit va loin (proverbe charentais)

In jhour qu'o y avait jholiment d'piaces p'rr les vouèyajheurs en Paradis,

saint Piârre duvrit son porteau in p'tit pu larjhe,

il outit l'tareuil et i décit à son valet :

« Jhe troue qu'o y at pas grand monde ithyi ; beintout, o rest'ra pu persoune, jhe sais fout' point c'qui beurdassant en bas ; dépeu thiellés chanjhement d'gouvarnement, o n'en at pas yère qui montant chez nous ; p'rr in p'tit d'mé, serions quasiment chômeurs, jh'allons êtes d'ob'llighés d'faire ine braderie ! O n'en manque pas peurtant des pézants dans toute la France, dau bon monde qui d'mandant pas meûx que d'venit se repouser chez nous ! Allez ! Allez ! Envouèyez m'en in piein wagon. »

Et aussitout o n'en arrivit d'peurtout.

O y avait... in Auvargnat avec son feurmaghe,

in Limousin avec ses chatagnes,

in Beurton avec son biniou,

in gâs dau Berry avec ine oueille,

o y avait in Normand avec ses poumes,

in gâs dau Pouétou avec son chabichou,

in Vendéen avec in beut,

in Périgord avec ses truffes,

in gâs d'Agen avec ses peurnes meulées,

in Gascon qui fazait peuter sa goule,

in gâs dau Midi qui essamait l'ail à pyein nez !...

Et jhusqu'à in étranjher : in Parisien... mais thieu-là il apportait reun !

Brèv'te, quant y furant teurtous alignés d'vant l'porteau,

saint Piârre décit : « Sont-i teurtous là?»

Et l'vâlet zi répounit :

— O n-en manque in !

— Qu'est-i dont, qu'o répounit saint Piârre

(qu'était point trop d'boune himeur),

qu'est-i dont thieu gâs qui fait attende les autes?

Est-ou qu'il est en arouajhe dans thyeu l'endret,

qui dit, ou beun qu'il ara-t-attendu l'deurnier moument

p'rr aller chez l'parcepteur payer ses z'impousitions ?

I f ra pas mal de s'ébougher,

c'est qu'ithyi jhe marchons pas à l'heure ancienne...

et dau caractère que jh'me queneus,

c'est que jh'le fout'ris en l'purgatouère, moue. O s'rait pas long !

Les z'as-tu compté coum' o faut ? »

Le valet refazit son compte !

P'rr pas s'tromper, i les peurnait mourça p'rr mour'ça,

i r'couminçit en comptant prr' la quoue et quant' o fut fénit,

i décit encoère :

« O n-en manque in ! »

Tout d'in cot, o l'arrivit in' drôlesse qui courait...

qui courait... allé était jholie,

parié, coum' tout' les drôlesses qu'allant en Paradis...

O l'était ine emplouéyée des Postes :

« Patron, qu'a décit, le vouèyajheur que jh'atten-dons vint de téléphoner...

i dit qui s'en vint d'son pied,

qui mettra-t-in p'tit mais d'temps,

mais qu'il arriv'ra tout d'même à l'heure de déjhûner !

— Oh ! beun qu'o répounit saint Piârre,

jh'ai pas d'besoin d'm'émoyer prr' savouèr dour qui d'vint,

thyeu gâs qu'est pas pressé...

baill'ris ma teite à coper qu'o l'est encouère thyeu foutu Chérentais !

Dounez-m' dont ma lonjhe vue que jh'le vouèjhe !»

Il outit l'tapon dan ciel, i mettit soun œil au creû d'ia bonde...

i vouèyit thyieu gâs qu'était assis à thiu piat,

entr' deux nuajhes en train d'manjher ine goulée !

« Te presse pas, moun émit, qui li décit,

veux-tu parier, qui dit,

que si jh'descends te fous mon pied au thiu prr' t'apprend à t'ébougher?

Faura-t-ou aller qu'rit in palan astheure,

prr' vous faire monter en Paradis ?

Bande de lambinous...

Race dau diâbe que vous êtes teurtous !...

Mais vous chanjh'rez dont jhamais ?»

Et coume l'aut' était in Champanais sourtit dau coûté de Segonzat,

i zi répounit :

« Jhamais !... Jhamais !... Jhamais !... — Heu ! T'as d'Ia chance tai,

qu'o décit saint Piârre,

d'été de toun endreit et d'avouer ta topette

de cougnat dans la poche de ton ghilet...

et auteurment jh'te foutis dans l'Enfar,

prr' te faire chauffer l'darrière avec dau grous bois... »

Et il huchit à la thieuzinière :

« Marie, vous mettrez l'pot d'monjhettes !...

Jh'-attendons in' houme conséquent !

Si il est en r'tard, ol est pas d'sa faute !

Ol est dans son tempérament.

Aneut, le Paradis manjh'ra-t-à l'heure ancienne ! »

_1937_

Fin


Le texte provient du livre: "GOULEBENÉZE"
de Georges Labodiniere et Alex Henry

publié par les Editions Rupella - LA ROCHELLE

Publié dans PATOIS d'chez nous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article